dd
dd
dd


Mis à jour 07/02/2019
Fièvre catarrhale
ou Blue Tongue
 

07/02/2019  

Veaux aveugles

Plusieurs départements nous remontent des cas nombreux de veaux qui naissent aveugles et meurent en quelques jours. Selon les départements, jusqu’à un élevage sur 2 est concerné avec 2 à 15 % des veaux atteints dans les cheptels (chiffres estimées à dire d’acteurs) .
Ces cas auraient commencé à apparaître de manière concomitante à la mi-décembre (au moins 1 département avait constaté ces signes cliniques sur les veaux dès 2016).

D’après les analyses réalisées dans les laboratoires départementales (PCR positives sur prélèvements sanguins des veaux) et au LNR-ANSES de Maisons-Alfort (PCR positives sur rates des veaux), il est très probable que ces symptômes soient à attribuer au sérotype 8 de la FCO.
En effet, les PCR positives sur plusieurs jeunes animaux (moins d’une semaine) nés en période d’inactivité vectorielle et virale, semblent indiquer une contamination intra-utérine de ces veaux.

L’annexe 1 de l’instruction Instruction technique DGAL/SDSPA/2018-851 publiée le 20-11-2018 « Mesures de surveillance et de police sanitaire vis à vis de la fièvre catarrhale ovine (FCO) en France métropolitaine » https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2018-851 propose une fiche de commémoratifs qui inclut bien, pour les veaux, la cécité comme signe clinique. Ces cas constituent donc des suspicions qui peuvent être investiguées et prises en charge par la DDPP. L’instruction devrait être modifiée pour que ce point soit plus clair, car actuellement la cécité ne rentre pas dans la définition stricte d’une suspicion clinique (première page de l’annexe 1), elle est simplement mentionnée dans la fiche de commémoratifs (3ème page de l’annexe 1).

Lorsqu’une telle suspicion clinique est investiguée et confirmée, elle fait l’objet d’une déclaration officielle ADNS à la Commission européenne. Pour mémoire, un éleveur ne peut exporter d’animaux vers Algérie, Tunisie et Maroc que s’il n’a pas eu de cas clinique dans son cheptel au cours des 6 derniers mois.

En outre, le LNR indique que le BTV8 a circulé très largement dans l’ensemble des départements français. Le BTV4 est en revanche resté cantonné, semble-t-il, à la région des Savoie.

Face à cette forte circulation du BTV8 qui a un impact sanitaire désormais visible, on ne peut qu’encourager les éleveurs à vacciner le cheptel souche, et notamment les mères idéalement :

- au moins 60 jours avant la mise à la reproduction
- en période hivernale (si on vaccine un bovin en période de forte circulation virale et qu’il est contaminé au moment de la vaccination, il fera une virémie importante - et si c’est une femelle gestante le veau risque d’être contaminé in utero malgré la vaccination).

En pratique, il faut vacciner les mères dès que possible et de préférence en période hivernale. On évitera simplement de vacciner les jours précédents l’insémination et en début de gestation (jusqu’à 4 mois), cependant les notices des vaccins disponibles sur le marché n’émettent pas de contre-indication de vaccination pendant la gestation.


Disponibilité en vaccins
Pour rappel, des vaccins monovalents Mérial BTVPUR 4 et BTVPUR 8 sont disponibles sur le marché, ainsi que du vaccin CZV BLUEVAC4 et BLUEVAC8. Un lot de vaccins Mérial bivalents 4-8 devrait être mis sur le marché courant mars 2019. Ces vaccins sont distribués sur le marché privé.
Pour rappel, l’éleveur peut vacciner lui-même ses animaux s’il n’a pas besoin de certification de la vaccination en vue d’échange ou export.

 
04/02/2019    
15/06/2018   Instruction mouvements FCO mise à jour le 13/06/18 (doc. en pdf)

Les modifications sont surlignées :
- Les mouvements vers Mayotte sont autorisés sans condition
- Pour les animaux d’abattage immédiat, le transport doit être direct sans repos nécessaire car les postes de contrôles des autres Etats membre ne sont pas en ZR 4-8
- Pour les animaux d’élevage :
* Possibilité de mouvements sans contraintes BTV4 et avec vaccination BTV8 vers Hongrie, Slovénie et Italie. Pour tous les autres Etats membres (y compris Allemagne) : vaccination (BTV4 et BTV8) depuis 60 jours
* L’accord bilatéral avec la Belgique n’est plus valable (plus de possibilité de pacage frontalier)
* L’accord bilatéral avec l’Italie est modifié
* Le transit sans arrêt est possible vers tous les Etats membres
* En cas d’arrêt à un poste contrôle, il ne doit pas durer plus de 24 heures, dans un bâtiment protégé des vecteurs et avec nettoyage, désinfection, et désinsectisation des camions
 
14/06/2018   A la suite des discussions lors de la rencontre bilatérale franco-italienne qui s’est tenue à Vérone le 1er février dernier et de la proposition du ministère de la santé italien de ré-évaluer
la possibilité d’utiliser la PCR pour les échanges de veaux sur la base du protocole franco-espagnol, un accord à pu être conclu.
Les autorités italiennes ont accepté le recours à la désinsectisation et à une analyse PCR de groupe négative pour les mouvements de veaux (et d’agneaux).
Il s'agit d'une nouvelle condition dérogatoire qui vient compléter (et non remplacer) les dispositions de certification actuelles.
Un nouveau protocole a été signé. Le précédent reste en vigueur.
Une instruction (DGAL/SDSPA/2018-446), détaillant ces nouvelles dispositions, vient d'être mise en ligne sur le site de consultation publique du ministère (BO Agri)
A retenir :
- Les conditions sont différentes de celles appliquées pour les mouvements vers l'Espagne : les autorités italiennes n'ont pas reconnu les mêmes conditions de durée de désinsectisation que celles du protocole espagnol ;
- la désinsectisation préalable est de 7 jours (au lieu de 14 pour l'Espagne)
- 7 jours après le traitement insecticide les animaux doivent être soumis à une PCR de groupe (les autorités italiennes exigent un résultat négatif en BTV 4 et en BTV 8)
- le départ doit avoir lieu dans les 48 heures suite au prélèvement dès lors que le résultat est négatif
- les animaux sont maintenus sous protection insecticide jusqu'à leur départ
- la certification TRACES doit joindre les attestations de désinsectisation et les résultats d'analyse (comme pour la certification vers l'Espagne).
Les autorités italiennes se réservent le droit de dénoncer à tout moment le protocole et tout particulièrement en cas de non conformité.
Nous attirons votre attention sur la fragilité de cet accord et vous invite à la plus grande rigueur à apporter dans la préparation des animaux.
Nous rappelons que les veaux (agneaux) peuvent aussi partir sous condition de protection colostrale et que le recours à la désinsectisation et à la PCR est une autre option.
 
16/02/2018  

A ce jour, quatre départements sont reconnus comme des zones saisonnièrement indemnes :
• deux départements à compter de la semaine 46 (13/11/2017)
- les Hautes Alpes (05) - ZSI validée le 24/01/2018
- l'Eure-et-Loir (28) - ZSI validée le 30/01/2018
• deux département à compter de la semaine 48 (27/11/2017)
- la Lozère (48) - ZSI validée le 08/02/2018
- l'Indre-et-Loire - ZSI validée le 15/02/2018

L'ensemble des départements de France métropolitaine est en inactivité vectorielle pour la semaine 6, pour la première fois depuis que le réseau d'entomosurveillance a été mis en place en 2015.

Plus globalement, vous trouverez ci joint le tableau récapitulatif de l’activité vectorielle par département et de l'engagement ou non dans le protocole ZSI au 15/02/18 (en vert : = la période d'inactivité vectorielle à partir de laquelle les prélèvements peuvent débuter ; en gris : = département à inactivité vectorielle trop courte pour prétendre au statut ZSI; en rouge = départements ayant initié le protocole de surveillance ZSI ; en bleu : département ayant choisi de ne pas mettre en place le protocolaire ZSI ; en marron : = départements exclus du protocole du fait le la mise en évidence de séroconversions).

 
29/01/2018   Instruction mouvements modifiée :
A télécharger ici : https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2018-46

Ce qui change :
L'ensemble des territoires italien, hongrois et slovène sont en zone réglementée BTV 4.
Les autorités roumaines et grecques n’acceptent pas l’équivalence des zones BTV4 au motif d’une reconnaissance prochaine de leur statut indemne vis-à-vis de ce sérotype. Des réponses sont toujours attendues de la Grèce, de la Bulgarie, de la Slovaquie, et de la Croatie.
Pour le sérotype 4, les autorités allemandes ont accepté que les animaux soient 8/23 échangés après autorisation des « Landers » (sous forme d'une attestation) concernant le sérotype 4. Ces attestations autorisent l'entrée d'animaux ayant subi une désinsectisation pendant 14 jours et une PCR de groupe (maximum 7 jours avant le départ) dont le résultat s'est révélé négatif. A chaque demande d'un certificat TRACES, l'opérateur doit fournir une attestation des autorités régionales allemandes.

Annexe 2 : tableau récapitulatif des conditions de mouvements
Annexe 3 : protocole espagnol (départ possible de tous les ruminants sous condition de désinsectisation et PCR de groupe sinon vaccination BTV 4 et BTV 8)
Annexe 4 : protocole italien (désinsectisation des moyens de transport, vaccination BTV8, pour les animaux<90j. : ils sont nés de mères vaccinés contre BTV8 ou proviennent de ZSI et ont une PCR négative)
Annexe 5 : protocole luxembourgeois (animaux vaccinés BTV4-8 depuis 10 jours)
Annexe 6 : protocole belge pour le pacage (animaux en provenance d’une zone sans foyer et vaccinés BTV8 depuis plus de 10 jours et jeunes issus de mères vaccinés)
Annexe 8 : conditions de la cascade pour les caprins, selon le pays de destination

Zones saisonnièrement indemnes :
A ce jour, seul le département des hautes Alpes est en Zone Saisonnièrement Indemne (ZSI)
 
04/01/2018  

Précisions sur les modalités immédiates de gestion de la vaccination :

La publication de l'arrêté du 28 décembre 2017 modifiant l'arrêté du 22 juillet 2011 conduit à passer l'ensemble du territoire national en zone réglementée BTV4 (et 8), et à abandonner la stratégie d'éradication du BTV4 basée sur une vaccination obligatoire dans les départements initialement placés en zone de protection. Cette stratégie a conduit l’administration à acheter 3,5 millions de doses de vaccins BTV4 auprès de Merial (dont 0,5 million de doses disponibles sous 2 mois). Ainsi à court terme près d'1,7 millions de doses sont disponibles auprès de Serviphar.

Un CNOPSAV SA sera prévu en milieu de semaine prochaine sur le sujet, et une note de service précisera d'ici la fin de semaine prochaine les modalités d'utilisation de ces doses, avec une priorisation des demandes.

Pour traiter les urgences, dans l'attente de la note de service, les doses pourront être livrées par Serviphar auprès des cabinets qui en font la demande dans le courant de la semaine prochaine sous les conditions suivantes :
- l'élevage soit :
· Est situé dans la zone réglementée en 2017 et a initié une primo-vaccination
· Est un élevage de petits ruminants
· Sollicite des doses vaccinales à des fins d'échanges ou d'exports
· Est un outil collectif génétique (station ovine et bovine allaitante)
- de façon à limiter les pertes de vaccin (liées au conditionnement en 100 ml) un minimum 50 doses est à effectuer par un même vétérinaire dans l’élevage ou groupes d’élevages
- la demande est préalablement validée par la DDPP.
Sous réserve de ces conditions, ces doses seront mises à disposition gratuitement auprès de l'ensemble des éleveurs de France continentale. Le vétérinaire munie de l’autorisation de la DDPP pourra commander auprès de la centrale d’achat le nombre de flacon nécessaire.

En outre, les frais liés à la vaccination obligatoire des animaux situés en zone de protection sont pris en charge au titre de l'arrêté du 10 novembre 2017 : à ce titre, seront pris en charge l'ensemble des actes vaccinaux intervenus dans un cadre obligatoire, incluant pour les bovins la deuxième injection de primo-vaccination dès lors que la première injection est intervenue entre le 8/11/17 et le 01/01/18.
Par ailleurs, le sérotype 4 doit désormais être géré comme un sérotype enzootique, au même titre que le sérotype 8. La note de service 2017-728 sera adaptée dans ce sens.

__________

A lire l’instruction (fichier pdf) mise à jour sur la gestion des mouvements ainsi que les éléments de langage (fichier pdf) correspondant à la publication de l’arrêté.

Sur les mouvements on notera que le passage de l'ensemble du territoire continental en zone réglementée BTV4 conduit aux mesures suivantes :
- les animaux peuvent circuler librement, comme c’est déjà le cas pour BTV8 ;
- compte tenu des accords bilatéraux en cours, les échanges d’animaux vers l’Espagne ou l’Italie (qui représentent 80% des flux exports d’animaux depuis la France) ne sont pas impactés ;
- les discussions avec les pays tiers (notamment avec l'Algérie) auront lieu tout début janvier pour permettre le maintien des exportations.
Ce nouveau dispositif traduit dans l’arrêté ministériel avec entrée en vigueur au 1er janvier 2018, est complété par la note de service

 
02/01/2018   Un arrêté modifiant l’arrêté FCO du 22 juillet 2011 a été publié au JO du 31/12/2017. (voir pdf)

Cet arrêté daté du 28 décembre classe le BTV4 non plus comme un virus « exotique » mais comme un virus « enzootique ».

La politique de lutte est donc de ce fait totalement modifiée car l’éradication d’un sérotype « enzootique » n’est pas recherchée.
La France continentale (sauf le port de Sète) est classée en zone réglementée pour les deux sérotypes 4 et 8.
La vaccination BTV4 et/ou BTV8 est autorisée mais pas obligatoire, y compris dans les cinq départements (74, 73, 01, 25, 39) où elle était devenue obligatoire en urgence contre le BTV4.

Dans la France continentale (sauf le port de Sète), les mouvements d’animaux sont libres car situés dans la même zone réglementée.
Pour un mouvement vers une zone ou un pays indemne, trois conditions sont requises.
Les animaux sont vaccinés (contre les deux sérotypes si le lieu de destination est dans une zone indemne pour les deux sérotypes),
Les animaux sont dépistés négatifs par PCR au moins 14 jours après le délai d’acquisition de l’immunité vaccinale, et au maximum 7 jours avant le mouvement,
Les animaux sont protégés contre les attaques des insectes vecteurs (Culicoïdes) durant le transport.

La Corse est en zone réglementée pour les deux sérotypes 1 et 4. La vaccination est obligatoire contre ces deux sérotypes jusqu’à la fin de l’année 2018.

La Corse n’est pas encore officiellement reconnue indemne des trois autres sérotypes 2, 8 et 16. Néanmoins, ces sérotypes ne circulent plus en Corse. Et le zonage fixé par le nouvel arrêté ne mentionne plus la Corse comme en zone réglementée pour ces trois sérotypes 2, 8 et 16.
Pour les mouvements d’animaux de la Corse vers le continent, des conditions plus strictes que par le passé sont exigées pour s’assurer que les animaux infectés ne sont pas déplacés.
Les animaux sont vaccinés contre les deux sérotypes 1 et 4 (vaccination obligatoire).
Les animaux sont dépistés par PCR moins de 7 jours avant le transport (et plus de 14 jours après la vaccination).
Les animaux sont aussi protégés contre les attaques des insectes vecteurs (Culicoïdes) durant le transport.
 
29/12/2017  

Information par le directeur général de l'alimentation de l'évolution de la réglementation relative à la FCO sérotype 4 au 1er janvier 2018.

Il a en effet été décidé de passer à cette date l'ensemble du territoire national continental en zone réglementée (ZR).

Cette décision a été prise au regard de l'expérience acquise dans la gestion du sérotype 8 (pour lequel la France est désormais totalement en ZR) et au vue de l'évolution de la situation sanitaire vis-à-vis du sérotype 4. Alors qu'initialement la DGAL pensait pouvoir mettre en place une stratégie d'éradication, il se révèle, au vue des investigations menées depuis la mise en évidence du premier foyer, que le virus a circulé en Haute-Savoie depuis au moins mai 2017 et dans l'Ain depuis au moins septembre.
Des cas ont été confirmés en Haute-Saône, Saône-et-Loire, Jura, Maine-et-Loire. Des suspicions sont en cours de confirmation dans plusieurs départements.

L'objectif initial d'éradication devient donc irréaliste et serait trop coûteux (par rapport aux bénéfices escomptés).
Par ailleurs la contamination ne s'accompagne pas de signes cliniques.

Le passage de l'ensemble du territoire national continental en ZR BTV 4 conduit notamment aux mesures suivantes :
- les animaux peuvent circuler librement (comme pour le BTV8)
- la vaccination BTV4 devient volontaire (elle n'était pas obligatoire dans le département). La future répartition des vaccins sera établie suite à une concertation interprofessionnelle. GDS France en assurera la coordination, en particulier pour les animaux destinés aux exports et aux échanges.

La DGAL s'attachera à discuter au plus vite avec les pays tiers pour maintenir les exportations. Les accords bilatéraux en cours avec notamment l'Espagne et l'Italie ne sont pas impactés

 
15/12/2017  

Suite à la réunion qui s'est tenue le 14/12/2017, les mesures suivantes ont été décidées et seront applicables dès aujourd'hui.
(voir document pdf de la réunion du 14/12/2017)

Concernant le zonage :
Les périmètres infectés (PI) sont étendus à la commune autour des foyers confirmés du 74 et du 01.
Les ZP et ZS sont maintenues en l'état.

Conditions de sortie sur le territoire national :
- Depuis la zone de surveillance :
* TOUT RUMINANT (bovins, ovins, caprins) : désinsectisation pendant au moins 14 jours et PCR avec résultat négatif réalisée moins de 7 jours avant le départ.
- Depuis la zone de protection :
* ANIMAUX VACCINES : 3 semaines après la deuxième injection de primo vaccination SOUS RÉSERVE que le troupeau d'origine soit vacciné et que l'on soit en période d'inactivité vectorielle ;
* pour les jeunes de moins de 70 jours (donc non vaccinables) : PAS DE MODIFICATION des conditions actuelles : double PCR (instruction 2017/989 du 13/12/2017). La délivrance des laissez passer peut être remplacée par tout autre méthode permettant de garantir la traçabilité des animaux et d'informer la DDPP de destination de l'arrivée de ces animaux.
- Depuis le périmètre interdit :
* ANIMAUX VACCINES : PCR négative réalisée moins de 7 jours avant le départ et plus de 3 semaines après la deuxième injection de primo vaccination et SOUS RÉSERVE que le troupeau d'origine soit vacciné et que l'on soit en période d'inactivité vectorielle ;
* pour les jeunes de moins de 70 jours : PAS DE MODIFICATION des conditions actuelles : double PCR et troupeau d'origine vacciné (instruction 2017/989 du 13/12/2017). Comme pour la ZP, la délivrance des laissez passer peut être remplacée par tout autre méthode permettant de garantir la traçabilité des animaux et d'informer la DDPP de destination de l'arrivée de ces animaux.

 
13/12/2017  

Suite aux résultats du piégeage de la semaine 49, 32 départements sont en inactivité vectorielle (<5 culicoides) depuis 2 semaines consécutives et éligibles pour démarrer la surveillance ZSI.
Les départements éligibles, et qui le souhaitent, après validation en CROPSAV, peuvent mettre en place une surveillance ZSI; en particulier les départements bénéficiant déjà d'un historique de 2 ans de surveillance ZSI.

liste des départements avec les résultats de surveillance (voir fichier)


 
   
   
Attestations
    Attestation désinsectisation "véhicule"
    Attestation désinsectisation "bâtiment"
    Attestation désinsectisation "animal" (une attestation par animal)
    Attestation de confinement pour la certification des anx de moins de 90 jours
       
haut de page