dd
dd
dd

Mis à jour le
9/10/2018
 
 
 
Introduction d'un bovin
dans un cheptel
 
Un évènement sanitaire important
Dans un contexte sanitaire globalement favorable, mais avec des garanties commerciales qui vont s’étendre, la gestion des introductions d’animaux est un élément clé de la maîtrise de la santé des cheptels.
Depuis début 2004, le GDS s’est vu confié la gestion administrative des introductions de bovins : enregistrement des informations sanitaires et édition des ASDA de renouvellement pour ces animaux.
Depuis le 10 mai 2006, le dépistage IBR est obligatoire pout tout bovin à l'introduction.
   
  Généralités

 

 

retour haut page

• Un bovin introduit doit être correctement identifié et son ASDA est valable 30 jours à compter de la date indiquée par le vendeur au moment où il la signe.L’ASDA signée et datée doit obligatoirement être jointe aux prélèvements lorsqu'ils existent ou adressée au GDS.

• Vous devez l’isoler pour vous protéger de tout ce qu’il peut diffuser comme germes ou parasites, surtout après un transport.

• Vérifiez l’état sanitaire visible de l’animal, attention à l’animal qui mouche, qui tousse, qui fait mou…

• Vous avez 7 jours pour notifier l’introduction à l’EDE.

• La visite du vétérinaire et les frais d'analyse IBR sont à la charge des éleveurs. Les autres analyses sont partiellement prises en charge par le GDS du Cher.

   
  Contrôles sanitaires

 

 

 

 

 

 

 

retour haut page

• La recherche IBR est obligatoire pour tout bovin quel que soit son âge et pour tous les cheptels sous la forme d'un test sérologique individuel à réaliser 15 à 30 jours après l'introduction.

Il existe des dérogations au contrôle IBR dans les cas suivants :

- en cas d'introduction dans un atelier d'engraissement dérogataire et entretenant des bovins exclusivement en bâtiment fermé.
- dérogation ponctuelle accordée par le GDS, sur demande de l'éleveur acquéreur pour un bovin titulaire d'une appellation "indemne d'IBR", sous réserve que le transport direct entre les deux exploitations fasse l'objet d'une attestation.

Attention, l'introduction de bovins positifs IBR ou vaccinés IBR est interdite en élevage !

Si le temps de transport est supérieur à 6 jours, la tuberculination est obligatoire pour les bovins âgés de plus de 6 semaines, la sérologie brucellose est est obligatoire au delà de 24 mois.
Si le transport est inférieur à 6 jours, le bovin peut être dispensé d'un contrôle de brucellose et d'une tuberculination.

La recherche de la leucose n'est plus obligatoire.

D'autres recherches sont prévues et prises en charge par le GDS du Cher :
- BVD : sur touts les bovins
- Besnoïtiose : sur tout les bovins de 6 mois et plus
- Néosporose : sur les femelles de 24 mois et plus
- Paratuberculose : sur les races Blonde d'Aquitaine, Limousine, Parthenaise laitière.

• Le traitement varron est obligatoire si le bovin ne vient pas d’une zone assainie (voir mention sur l'ASDA) et si le bovin provient de l'étranger.

• Un traitement anti-parasitaire à large spectre s’impose pour éviter d’introduire des poux, des strongles, de la douve, du paramphistome ...

Un bovin qu’on transporte et qu’on enlève de son environnement habituel, présente un risque d’excrétion de différents germes au minimum pendant 2 semaines.
La "quarantaine" est donc la protection la plus rentable (essayez d'isoler le bovin au moins 2 semaines dans la mesure du possible, et au minimum jusqu'à l'obtention des résultats des tests effectués).

Demandez conseil à votre vétérinaire…

Attention, en cas de résultat positif, seules les maladies constituant un vice rédhibitoire obligent le vendeur à reprendre l’animal, à condition que vous en fassiez la demande dans les 15 jours suivant la livraison du bovin pour la tuberculose, 30 jours pour la brucellose, la leucose et 10 jours pour l’IBR.

Un résultat positif en BVD ne constitue pas un vice rédhibitoire. C'est pour cela qu'on vous conseille de signer un billet de garantie conventionnelle.

Les bovins prêtés ou mis en pension constituent une introduction autant que les achats .
retour haut page
Qui paye ?
La visite du vétérinaire et les frais d'analyse de laboratoire sont à la charge des éleveurs, sauf en ce qui concerne le dépistage de la BVD (recherche du virus de la maladie des muqueuses par PCR (recherche d'IPI) qui est partiellement financé par le Conseil Régional.